Notre actualité

Dimanche de l’Eglise persécutée // spécial enfants // avec Portes Ouvertes

Les enfants de l’Eglise de Cenon ont cheminé avec le programme proposé par « Portes Ouvertes » : Aimez vos ennemis.

Un témoignage

Paniz, une jeune réfugiée iranienne de l’Eglise, a partagé avec les enfants le récit de sa fuite d’Iran, avec sa famille, à cause de leur foi chrétienne.

 

 

Le texte d’or

A la fin de la matinée, les enfants ont partagé leurs réflexions de la matinée … et notamment le texte d’or :

« Faites pour les autres tout ce que vous voudriez qu’ils fassent pour vous ».
Matthieu 7:12

Une soirée d’évangélisation avec un concert de Amy Chen !

La communauté chinoise est heureuse de nous convier tous à une soirée d’évangélisation par la musique et le témoignage.

Samedi 16 novembre 2018
16:00
à Cenon

L’invitée, Amy Chen, est une chanteuse reconnue, femme du pasteur chinois de Taïwan.

Cette soirée sera suivi d’un repas à partir de 19:00.

Pour toute question, contacter Kathie 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Fête de Noël 2018

La fête de Noël 2018 se déroulera :

samedi 15 décembre 2018 à 16:00
Eglise de Cenon

 

Thème : 

Moment de partage autour de Nöel rassemblant toutes les communautés : blayaise, bordelaise et chinoise

Participants :

  • enfants
  • adolescents
  • jeunes

Répétitions pour les participants :

  • samedi 10 novembre 16:00-18:00
  • samedi 24 novembre 16:00-18:00
  • samedi 1 décembre 16:00-18:00
  • samedi 8 décembre 16:00-18:00

Décoration de la salle : la salle doit être prête et décorée le samedi 1 décembre

Pour les volontaires aide à la décoration, prendre contact :

-> Marianne +33686522472 / marianne.libouban@gmail.com

Buffet de clôture :

Les participants et invités sont conviés à partager du sucré/salé froid (pas de plats chauds cuisinés).
Faites connaître ce que vous souhaitez apporter à :
Dépôt des aliments : de préférence le 15 décembre à partir de 15 h

Deux sessions de formation à la catéchèse organisées par l’UNEPREF

Notre Union d’Eglise (UNEPREF) organise deux sessions de formations avec un fil conducteur :

Former pour transmettre : la catéchèse pour tous et par tous !
pour les parents, animateurs, responsables de groupes, conseillers presbytraux, pasteur.

 

Première session 

Thème :
Un peuple qui raconte …
Etre encouragé et encourager à transmettre l’alliance avec confiance !

Date et lieu :
du samedi 3 novembre 2018 à 10:00
au dimanche 4 novembre 2018 à 16:30
au Centre Carrefour Béthanie à Bagard (30140)

Objectifs de la formation :
1/ Encourager une réflexion catéchétique cohérente (théologie, ecclésiologie et pédagogie)
2/ Donner les moyens de transmettre ce qui a été reçu par l’appropriation d’outils adaptés
3/ Stimuler la concertation en Église pour favoriser la concrétisation d’éléments abordés en formation

Deux intervenants :

– Sylvie SARETTO
– Donald COBB

La bande annonce de cette formation la rend particulièrement attractive !!!!

 

 Deuxième session 

Thème :
Ou sont mes disciples ?
Etre encouragé et encourager à suivre le Christ avec confiance

Date et lieu :
du samedi 6 avril 2019 à 10:00
au dimanche 7 avril 2019 à 16:30
au Centre Carrefour Béthanie à Bagard (30140)

Objectifs et intervenants : à préciser

 

Renseignements

Pasteur Joël LANDES
pasteur.jlandes@unepref.com
+33617693706

 

 

 

 

Le Centre Carrefour Béthanie

 

L’attente du Chrétien, « déjà, mais pas encore » ?

Mais nous attendons, conformément à sa promesse, un nouveau ciel et une nouvelle terre où la justice habitera.
2 Pierre 3.13.

As-tu déjà entendu la phrase : « déjà, mais pas encore » ?

C’est la tension dans laquelle nous vivons en tant que chrétiens …

«Déjà, mais pas encore» décrit la tension entre les avantages de notre salut déjà expérimentés dans cette vie, et ceux qui nous attendent.
Les chrétiens jouissent de la «liberté» liée à leur salut : rémission des péchés, adoption en tant qu’enfants, présence du Saint-Esprit, etc. Cependant, il y a aussi une part de ces réalités que nous ne verrons pas avant le dernier jour, et qui restent toujours des objets de foi.
L’église jouit du «déjà» de la communauté des rachetés.  Mais son «pas encore» c’est défendre sa pureté par la discipline, car elle doit se prémunir contre les faux docteurs, l’immoralité et l’apostasie.
Les chrétiens doivent être traités comme des pécheurs pardonnés : ni irréprochables, ni totalement incapables d’un quelconque bien.

C’est un équilibre à trouver

C’est un équilibre, une chose difficile à saisir … mais pourtant, nous le devons.
Dans 2 Pierre, lorsque nous nous concentrons sur le ciel et que nous voyons les chants de louange proclamés, il est facile d’écarter ce qui se passe car nous n’y sommes pas. Pourtant, ces scènes de culte ont une signification pour nous en ce moment.

Se concentrer sur le repos éternel

Bien sûr, toute mention de notre demeure céleste exige que nous allions au livre de l’Apocalypse, à la révélation de la Nouvelle Jérusalem.
Du chapitre 6 de l’Apocalypse au chapitre 7, nous avons l’un des contrastes les plus étonnants de la Bible. Nous avons quelques-unes des descriptions les plus graphiques de la souffrance vécue par les chrétiens au chapitre 6. Mais cette grande souffrance se transforme rapidement en une belle réception par Dieu lui-même, qui apporte son tendre soin pour toute l’éternité.
Ces versets encouragent le peuple de Dieu à lever les yeux alors que nous traversons une terre qui n’est pas notre foyer, une terre hostile et pleine de tribulations. Et nos yeux sont tournés vers notre Dieu, afin que nous puissions voir où nous allons ! Ainsi, nous pouvons avancer avec espoir et assurance. Nous pouvons donc marcher avec détermination et fermeté.
C’est le «déjà, mais pas encore». Se concentrer sur notre maison éternelle nous donne force et endurance pour le voyage maintenant. C’est exactement ce qu’illustre Apocalypse 7. Car les chansons chantées soulignent notre repos éternel en Christ Jésus, notre Seigneur. Nous devons noter ce que les saints du ciel chantent. Le salut est le thème de ces chansons. Les saints élèvent immédiatement un chant de louange quand ils quittent ce monde pécheur.
Immédiatement, lorsque nous entrerons dans la présence de Dieu, nous chanterons cette chanson… une chanson de rédemption et de sécurité, une chanson d’assurance et de salut.
Pourquoi ? Parce que nous serons dans cet endroit incomparable, grâce à celui qui est maintenant assis sur le trône. Par conséquent, la première chose que nous souhaiterons faire sera de le louer et de le remercier, de notre cœur qui sera en paix parfaite et éternelle.

Se concentrer sur la communion éternelle

Apocalypse 7.15 nous montre une image merveilleuse d’une autre caractéristique de la vie que les saints vivent au ciel. Jean dépeint, au paradis, une image de la plus merveilleuse camaraderie jamais vécue.
Cela implique quelque chose que nous devons prendre en compte : notre communauté doit maintenant être un apéritif de ce que nous vivrons pour toute l’éternité.
La chose la plus importante dans notre vie est notre relation avec Dieu et avec les autres. Quel que soit le niveau de solidité de ton compte bancaire, la taille de ta maison et le succès de tes réalisations professionnelles, ce qui rend ta vie digne d’être vécue, ce sont tes relations.
Ce n’est pas une surprise pour nous. Lorsque Christ a résumé la loi, il a rapidement déclaré que la loi nous enseignait comment aimer complètement le Seigneur notre Dieu et comment aimer notre prochain comme nous-mêmes.
Donc, dans cette vie, nous devons être dévoués les uns aux autres. Nous devons nous traiter les uns les autres comme étant infiniment précieux et importants. Nous ne nous concentrons pas sur notre image, notre position et nos besoins, mais sur les besoins des autres.
Notre communion en tant que chrétiens signifie que nous devons aimer les autres au détriment de nous-mêmes, pas pour gagner l’amour de quelqu’un d’autre, ou gagner l’amour de Dieu, mais en vue de l’amour que Christ a déjà déversé sur nous.
Avec un amour comme celui-là… un amour sacrificiel les uns pour les autres… nous donnant juste une préfiguration de l’amour que nous aurons pour notre Dieu et les autres au ciel.

Pouvez-vous imaginer la réunion de famille dont nous jouirons avec les autres croyants dans l’éternité ?!

Se concentrer sur le soin éternel

Dans Apocalypse 7.16-17, nous voyons l’absence de toute douleur et de toute détresse dans notre foyer céleste. Là, dans cette ville céleste, nous ferons l’expérience des tendres soins de notre Dieu. En effet, il nous servira avec tendresse. C’est certainement difficile d’imaginer cela !
Mais pensez au langage du verset 17 : le Dieu qui a tout créé, qui tient toutes choses ensemble selon sa volonté parfaite ; celui qui a été crucifié pour nos péchés et ressuscité des morts pour notre justification ; celui qui est le dernier juge de tous les hommes ; celui qui est maintenant assis sur son trône haut et élevé … Il prendra soin de nous avec tendresse. C’est époustouflant !
C’est pourquoi Pierre a été tellement choqué lorsque Jésus a pris une serviette, l’a mise autour de sa taille, a pris une bassine d’eau et a commencé à laver les pieds des disciples. La réponse de Pierre ? «Non, tu ne me laveras jamais les pieds!» Mais qu’est-ce que Jésus a dit ? «Si je ne te les lave pas, tu n’auras aucune part à ce que j’apporte.» Jésus montrait que dans le cœur de Dieu, il y a un désir de servir son peuple !
Jésus a apporté la douceur et l’humilité du cœur de Dieu lorsqu’il a lavé les pieds des disciples sur la terre. De la même manière, avec le même cœur de service et d’humilité, Jésus essuie nos larmes. Jésus accueille son épouse dans les cours célestes et prend soin de tous nos besoins.

À l’instar de Pierre, nous attendons cette nouvelle demeure préparée pour nous par notre Seigneur !

Samedi 27 octobre, formation à la transmission à partir du PNC 2018 … pour les moniteurs … mais pas que !!!

Mais que veut donc dire ce titre :
« formation à la transmission à partir du PNC 2018 … pour les moniteurs … mais pas que !!! » ?

Pour répondre cette question, il faut revenir un peu en arrière … à quelques temps forts du dernier Synode national de l’UNEPREF (mai 2018) :

 

-> le thème général du Synode « En avant pour transmettre … » 

A l’occasion du dernier Synode National, le Pasteur (et Président de l’Union) Jean-Raymond STAUFFACHER a répondu aux questions du journal La Croix dans un article qui porte le titre « Nous voulons redonner aux jeunes un place à part entière dans le protestantisme« .

Il souligne notamment que « seuls 4% des parents estiment importante la transmission de la foi« . Aussi, pour l’Union, l’enjeu n’est plus seulement de parler des jeunes dans les Eglises mais davantage de les faire participer à la vie de l’Eglise.

Pour cela, l’Union a réalisé un gros travail sur la manière de transmettre l’Evangile, en tenant compte davantage des spécificités des personnes. 

Ainsi, le Programme National de Catéchèse 2018 a été envisagé aussi pour les « jeunes » mais pas seulement ! En effet, les situations de vie contemporaines sont diverses. Plusieurs groupes ont ainsi été constitués : Petit enfant, Enfant, Pré-adolescent, Adolescent, Adulescent, Adulte et Ainé.

 

-> le Programme National de Catéchèse 2018

Le PNC 2018 se présente ainsi (voir document joint) :

Le Programme national de catéchèse (PNC) est un outil destiné à tous ceux qui contribuent au travail d’étude et de transmission de la Parole de Dieu dans les Églises de l’Union Nationale des Églises Protestantes Réformées Évangéliques de France (UNEPREF) : parents, grands-parents, animateurs d’écoles bibliques, conseillers presbytéraux, pasteurs, amis, sœurs et frères en Christ. Tous deviennent catéchètes et participent à l’effort d’éducation de la foi chrétienne.

Ainsi, la catéchèse ne se limite pas aux heures d’écoles bibliques ou de catéchismes. Elle commence dès le plus jeune âge, dans la famille comme dans l’Église, et se poursuit toute la vie. Elle implique l’être tout entier dans toutes ses dimensions : physique, intellectuelle, affective, sociale et spirituelle. Elle favorise la rencontre entre Dieu et sa créature. Elle est un appel à la repentance et à la consécration de toute sa vie à Jésus-Christ, ainsi qu’un rappel des promesses de Dieu.

Le PNC présente la démarche catéchétique mise en place au sein des Églises membres de l’UNEPREF. Il se compose d’une présentation des particularités de notre catéchèse et s’achève avec une explication en sept étapes de la mise en œuvre de notre catéchèse à chaque groupe d’âge, de la naissance jusqu’à la vieillesse. Pour chacune de ces étapes, il propose des pistes pédagogiques puis andragogiques pour l’animation des leçons et études bibliques. Il met donc en cohérence l’ensemble du parcours catéchétique.

La formation organisée par l’EPRE 33

Ou : à l’Eglise de Cenon

Quand : samedi 27 octobre 2018 de 08:30 à 16:00 (maximum)

Programme :
-> temps 1 : travail au tour du PNC 
-> temps 2 : à partir de la situation actuelle des enfants, comment envisager la transmission aux enfants ?
-> questions / réponses

Intervenants :
-> Pasteur Joël LANDES
-> Harriette SMIT
Tous les deux formateurs nationaux, autour du PNC et pour la jeunesse (notamment)

Repas : sur place tiré du sac

NB : pour toute question, n’hésitez pas à contacter le Pasteur Juarez (voir page Contacts).

Faire connaître la sagesse de Dieu au monde – suite

Alors maintenant, par l’Église, tous ceux qui ont autorité et pouvoir dans les cieux peuvent connaître la sagesse de Dieu. Cette sagesse, Dieu la montre de mille manières, selon le projet qu’il avait fait depuis toujours. Ce projet, il l’a réalisé dans le Christ Jésus, notre Seigneur. Éphésiens 3.10-11 (version Parole de Vie).

Dans l’article précédent sur ce passage d’Ephésions 3, nous avons vu la façon selon laquelle l’église, y compris vous et moi, peut révéler la sagesse multiple de Dieu au monde. Nous avons vu que nous pouvions accomplir cet appel en partageant la bonne nouvelle avec nos voisins et en démontrant le but unificateur de Dieu à travers l’unité de l’église.

Que pourrions-nous faire d’autre pour faire connaître la sagesse de Dieu au monde ?

Un constat implacable ET une formidable grâce

Rappelons-nous de la première moitié d’Éphésiens 2. Dès notre naissance, nous étions des personnes déjà mortes dans nos transgressions. Nous étions en esclavage de nos envies pécheresses et du dirigeant du royaume des airs.

Mais Dieu, à cause de sa miséricorde et de sa grâce, nous a rendu vivants avec le Christ. Dieu nous sauve de la vie en tant que zombies, tant que nous acceptons sa grâce en lui faisant confiance. Lorsque cela se produit, nous sommes recréés en Christ pour une vie de bonnes œuvres.

Un paradoxe : libre … mais pas tout à fait ?

À la lumière d’Éphésiens 2.4-10, nous, qui sommes en Christ, devrions vivre en temps réel d’une manière très différente de ceux qui sont encore morts dans les transgressions. Nous devrions être des personnes qui vivent pleinement leur vie, appréciant et utilisant notre liberté du péché, vivant chaque jour dans le flot de la grâce de Dieu, la recevant librement et la donnant. En tant que chrétiens, nous devrions vivre de telle manière que le monde voit en nous quelque chose de distinct, quelque chose d’attirante, quelque chose qui ne peut être expliqué indépendamment de ce que Dieu a fait et fait en Jésus-Christ.

Le poids du passé, de la culpabilité, du « paraitre »,  … ?

Je pense que vous avez probablement déjà entendu quelque chose comme ça auparavant. Les prédicateurs aiment exhorter leur troupeau à vivre pour que les gens voient le Christ en eux. Pourtant, ces exhortations échouent souvent, en grande partie parce qu’elles nous laissent coupables de nos échecs.
Ou peut-être sommes-nous résolus à faire mieux, à avoir un visage heureux, à parler comme si nous vivions la vie céleste aujourd’hui … même quand le ciel semble loin, loin de notre quotidien. Souvent, nous revenons alors à nos anciennes manières, sans vie, ordinaires.

Notre prétention de vivre en abondance peut accentuer le vide de notre réalité ! Alors que faire ?

Si tu veux vivre en tant que personne pleinement vivante, ne te concentres pas sur tes défauts en tant que chrétien. Et, quoi que tu fasses, ne mets pas un faux visage heureux en prétendant que tout va bien dans ta vie. En effet, la culpabilité et l’inauthenticité ne réduiront pas .. quand il s’agira de montrer au monde la sagesse gracieuse de Dieu.

Au contraire, penches-toi vers la grâce de Dieu, laissant sa grâce te transformer et t’inspirer. Plus tu seras captivé par ce que Dieu a fait pour toi en Christ, plus tu seras motivé pour vivre une vie transformée. Plus tu t’offriras au Seigneur en tant que personne appelée à vivre pour la louange de sa gloire, plus tu découvriras la vie de Dieu en toi, te permettant de vivre pleinement dans tout ce que tu fais (voir Éphésiens 1.11-14 ).

Quelques choses à penser :

Quand t’es-tu senti pleinement en vie ?

Qu’est-ce qui t’aide à vivre dans le flot de la grâce de Dieu ? Qu’est-ce qui, au contraire, te ramène dans la «vie de mort» de ton existence pré-chrétienne ?

Qu’est-ce qui, dans ta vie, t’oriente vers la sagesse multiple de Dieu?

Quelque chose à faire :

Écris le mot “GRÂCE” sur un post-it et colles-le quelque part où tu le verras souvent tout au long de la journée. Laisses alors cette note te rappeler la grâce abondante de Dieu dans ta vie.

Prière :

Dieu de grâce, tu m’as en effet élevé de la mort à la vie par le Christ. Tu m’as délivré de la servitude et tu m’as invité à vivre dans la liberté de ta grâce. Tu m’as recréé en Christ pour que je puisse faire les bonnes œuvres que tu as préparées pour moi. Tout cela est merveilleux et je t’en remercie.

Mais, Seigneur, je veux expérimenter plus fidèlement la réalité de ta grâce, non seulement pour mon plaisir, mais aussi pour que je puisse être un signe de ta sagesse pour le monde. Aide-moi à vivre chaque jour – en commençant tout de suite – comme quelqu’un qui a été élevé de la mort à la vie par ta grâce. Aide-moi à marcher dans les bonnes œuvres que tu as pour moi aujourd’hui, afin que tu sois glorifié par moi.

Amen.

Pasteur Juarez