Notre actualité

Voeux 2019 du Pasteur

En ce début d’année, je vous souhaite toutes les bénédictions de notre Dieu.

On dit souvent que nous ne savons pas ce que l’avenir nous réserve, mais nous savons qui le détient, et c’est tellement vrai. Le nouvel an nous donne de l’espoir, nous faisons des plans… et parfois nous sommes effrayés face aux défis qui se présentent devant nous. La Bible est pleine de vérités qui sont importantes pour notre réconfort. Rappelons-en quelques unes.

Tout d’abord, nous sommes entre les mains de Dieu.

Le psalmiste a dit : «Mais moi, je me confie en toi, Eternel ! Je dis: «Tu es mon Dieu !» Mes destinées sont dans ta main !» (Ps 31.15-16a). Jésus nous assure que personne ne peut nous arracher de sa main, ni de la main de son Père. (Jean 10.29). Dans toutes nos expériences quotidiennes, souvenez-vous que votre temps est entre Ses mains.

Ensuite, Dieu voit notre souffrance.

Le psalmiste se sert de l’image des larmes stockées dans une bouteille (Ps 56.8). La dernière année a été difficile pour beaucoup de monde : perte d’êtres chers, maladie, déception ou même une tragédie inimaginable. Tu as peut-être pleuré tout seul pendant de nombreuses heures et senti que personne ne s’en souciait, mais le Seigneur sait, voit et se soucie. Il compatit de tout son cœur. Il était aussi un homme de douleur, familier avec la souffrance. Rappelle-toi chaque jour, tes larmes sont stockées dans sa bouteille.

Finalement, nos tentations ne sont en aucun cas hors de son contrôle.

Paul dit dans 1 Corinthiens 10.13, «aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine. Dieu est fidèle, et il ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter». Nous nous disons parfois : «personne n’a les luttes que j’ai ou que personne n’a les tentations que j’ai». Mais ce verset dit que tu n’es pas seul, peu importe ce à quoi tu fais face. Le Seigneur nous dit qu’il existe une issue et il est avec nous pour nous aider à ne pas céder à la tentation. Cette promesse est d’une importance primordiale.

Rappeler ces vérités intemporelles et opportunes de la Parole de Dieu est un excellent moyen de commencer 2019. Puissions nous les rappeler et en faire usage chaque jour.

Un heureux et béni 2019 !

FORMAPRE (25 & 26 janvier 2019) : Révélation et Ecriture

La prochaine session aura lieu les 25 et 26 janvier prochain (2019) ; elle sera animée par Thierry ROUQUET, déjà intervenu à Formapré.

Il revient pour nous enseigner sur Révélation et Ecriture. Sujet au combien important pour nous chrétiens à l’heure du relativisme, qu’elle place accordons nous à l’Ecriture, Parole de Dieu dans nos vies ? Est-elle cette lampe à nos pieds qui nous éclaire chaque jour dans nos vie ? Comment Dieu se révèle aux hommes ?

Lors de cette formation nous serons amenés à réfléchir sur ces sujets importants car nous croyons plus que jamais que Dieu se révèle aux hommes de manière générale et spéciale par sa Parole, source de vie.

Pour avoir davantage d’informations, vous pouvez consulter la page suivante Formapré – Bordeaux – programme 2018-2019.

Coordination administrative et pédagogique : Patrick MEZERGUE (bordeaux@formapre.org)

La joie de Noël

Noël est, parfois, la saison la plus heureuse de toutes … mais parfois pas ! Beaucoup de monde expérimente la douleur de passer Noël sans un être cher, surtout s’il est décédé l’année précédente.
Et pourtant, l’histoire de l’avènement du Christ, racontée chaque année à Noël, proclame la «bonne nouvelle d’une grande joie» que des bergers ont entendu pour la première fois de la bouche des anges. Read more

Dimanche 23 décembre 2018

On l’appellera Prince de Paix (Es 9.6)

Au temps d’Adam et Eve, la paix a été perdue. Dès qu’ils ont mangé le fruit défendu et ont perçu leur nudité, ils ont commencé à se blâmer mutuellement (Genèse 3.12-13) et ont introduit un conflit sur la planète paisible de Dieu.
Malheureusement, tous leurs descendants, y compris nous, ont suivi leur mauvais exemple. Nous blâmons les autres pour nos propres mauvais choix et nous nous mettons en colère lorsque personne n’accepte la culpabilité. Blâmer les autres pour notre malheur divise les familles, les églises, les communautés et les nations. Nous ne pouvons pas faire la paix parce que nous sommes préoccupés à blâmer quelqu’un d’autre.
Noël est la saison de la paix. L’Ancien Testament raconte comment Dieu a préparé le terrain pour présenter le Prince de la Paix (Esaïe 9:6). Jésus est venu briser le cycle du péché et du blâme en faisant la paix pour nous avec Dieu «par le sang de sa croix» (Col. 1:20) (Paix verticale et Paix intérieure).
Au lieu de nous blâmer pour tous les problèmes que nous causons, il a porté le blâme de nous tous. Il recrute maintenant des disciples qui, ayant reçu son pardon, souhaitent que les autres le reçoivent également.
Lorsque nous acceptons le pardon de Dieu, nous perdons notre désir de le refuser aux autres. Et lorsque nous vivons en paix avec Dieu, nous avons hâte de faire la paix avec les autres (Paix horizontale – dans les relations interpersonnelles).
Nous pouvons à la fois donner et recevoir le don de la paix ce Noël car nous vivons aussi dans la perspective de la Paix future – dans son Royaume éternel.

Dimanche 16 décembre 2018

Père éternel

Une fois de plus, nous avons écouté le prophète Ésaïe dire: «Un fils nous est né … et son nom est Père éternel»
Il est étonnant qu’Ésaïe décrive le Fils comme un «Père éternel», car la Bible nous montre que dans la Trinité, Jésus est appelé Fils et non « Père ».
Qu’est-ce que ça veut dire? Jésus révèle Dieu le Père et il est la Parole du Père dans la chair.
Mais comment est-ce que Jésus est le «Père éternel» ?
«Père éternel» est un terme utilisé pour décrire la relation bienveillante entre un protecteur et ses subordonnés. Un roi était parfois décrit comme le père de son peuple. Job a utilisé ce terme pour se décrire comme «un père pour les nécessiteux» (Job 29:16) .
Pensez à la relation entre un père et ses enfants. « Normalement », un père veut et cherche ce qui est bon pour ses enfants. Ce n’est peut-être pas toujours ce qu’ils veulent, mais c’est pour leur bien. Un père aime, protège, nourrit et pourvoit. Jésus établit ce type de relation avec les enfants de Dieu. Les pères terrestres échouent au point de déformer notre compréhension de Dieu le Père. Mais Dieu, notre Père, ne nous déçoit jamais. Les soins et les provisions du Christ pour les enfants de Dieu sont immuables et sûrs.
Jésus est le père éternel ; il n’a rien de passager dans son amour indéfectible et sa fidélité constante. Rappelons que «Comme un père a compassion de ses enfants, le SEIGNEUR a compassion de ceux qui le craignent.» Psaume 103:13

Dimanche 9 décembre 2018

Le prophète annonce : Un enfant nous est né, … on l’appellera Dieu puissant (Ésaïe 9.6). Mais il est venu comme un bébé. La dernière des choses que l’on puisse penser d’un bébé est “puissant”, plus encore “Dieu puissant”. Mais il a fait cela avec un objectif.
Nous avons tous besoin d’une puissance que nous n’avons pas. L’objectif, en tant que Dieu puissant, c’est d’intervenir sur les événements, sur les ennemis et sur le mal. Tout cela se réalise dans le salut qu’il est venu apporter. Notre force se trouve dans ce que son pouvoir réalise.
Ainsi, même si nous sommes abattus, nous ne sommes pas détruits. En tant que vases d’argile nous portons ce trésor.
Rappelons qu’il est le Dieu puissant et dispose du pouvoir nécessaire pour nous aider à résoudre les problèmes de notre vie.

Dimanche 2 décembre 2018

Esaïe a annoncé la venue de Jésus ; la prophétie de Esaïe 9.6 dit : Un enfant nous est né, … on l’appellera Admirable Conseiller. Mais pourquoi ?
-> Un bon conseiller s’identifie à celui qui en a besoin : Jésus est devenu l’un de nous.
-> Il est toujours disponible: Jésus est Emmanuel – Dieu avec nous.
-> Il établit un diagnostic précis et prescrit le bon remède: Jésus nous dit la vérité.
-> En plus, un bon conseiller a de bons fruits : les évangiles racontent les cas des personnes que Jésus a conseillé.
Dieu a caché en Christ tous les trésors de la sagesse et de la connaissance et nous l’a ensuite donné.
Il est l’Admirable conseiller.

Dimanche 25 novembre 2018

Notre dernière rencontre avec Zacharie avant la pause de l’Avent s’est attardée sur les chapitres 7 et 8.
Suite à une question sur le jeûne cérémonial, le Seigneur met en garde son peuple de ne pas répéter les erreurs du passé. Il promet de revenir et de bénir son peuple, en l’exhortant à être fidèle à la justice, à persévérer et à attendre un grand rassemblement des peuples des nations dans la communauté de l’alliance.
Nous aussi pouvons facilement tomber dans les mêmes pratiques du peuple à cette époque-là : un désir naturel de religion extérieure, et non un amour sincère pour le Seigneur qui se répand ensuite dans toutes nos vies. Nous ne devons pas pleurer les pertes passées, mais nous réjouir des gains présents et futurs en Christ.

Dimanche 18 novembre 2018

Zacharie reçoit dans 6.9-15 un message à transmettre avec un geste symbolique : le couronnement de Josué. Cet acte causerait un grand étonnement, car les sacrificateurs n’étaient pas couronnés comme les rois ! Josué n’était même pas de la lignée de David !
Le message a été clarifié : “Voici un homme dont le nom est Germe ; (…) il siégera sur son trône pour dominer et sera prêtre sur son trône, et une parfaite union régnera entre les deux fonctions” (vv. 12-13). Josué ne pouvait pas remplir ces deux offices, donc le message montre quelqu’un d’autre : Jésus !
Notre tendance est toujours de séparer ces deux offices de Jésus : nous apprécions Jésus en tant que Sauveur (le sacrificateur), mais il n’est pas facile de lui obéir en tant que Seigneur (le roi). Au v.15 ce passage finit avec un appel à participer à la construction du temple (l’église) ; il authentifie la Parole de Dieu et nous défie à l’obéissance.